fbpx

Attention et travail profond

Concentration, attention et travail profond : comment les maîtriser

Nous aimerions probablement tous être plus productifs au boulot. Certaines journées s’étirent en longueur et la concentration semble ne pas être là, peu importe tous nos efforts. Et si on vous disait qu’il existe une explication biologique et logique derrière l’attention? De plus, il est tout à fait possible de développer quelques trucs afin d’obtenir de meilleurs résultats au travail. Poursuivez votre lecture pour tout savoir!

L’attention et ses différents systèmes

Lorsqu’on fait référence au terme « attention », la Dre Amishi Jha, interviewée dans le podcast de Brené Brown, explique qu’on devrait plutôt découper ce terme en trois différents systèmes. Le premier système est le « focus ». Dre Amishi Jha explique que le focus est une forme de priorisation de certains éléments selon le contexte. C’est une tâche réalisée de manière quasi automatique par notre cerveau, mais qui peut parfois avoir quelques ratés. Une belle métaphore à faire pour mieux comprendre le concept de focus est d’imaginer qu’il s’agit d’une lampe de poche qu’on dirige vers ce qu’il y a de plus important pour nous à un moment X. On peut choisir consciemment où diriger notre lampe de poche, mais un bruit brusque pourrait momentanément nous faire diriger la lumière vers la source dudit bruit, nous faisant perdre notre « focus » initial. Le concept de focus est très important dans notre vie de tous les jours, car si on ne porte pas initialement attention à quelque chose, il sera difficile de retenir en mémoire l’information importante.

Le deuxième système pertinent est le « système d’alerte », tel que nommé par la Dre Jha. Contrairement au focus, le système d’alerte a comme fonction d’ouvrir le cerveau aux différents stimuli et à être réceptif. Ainsi, on ne dirige pas l’attention sur un seul point, mais on laisse entrer l’information au maximum afin d’être capable de la traiter et de réagir adéquatement. Par exemple, si vous êtes en train de conduire et que vous voyez un panneau avec des lumières qui clignotent, votre système d’alerte entre en fonction et vous permet de porter attention de manière ouverte plutôt que de manière précise. Ainsi, vous serez plus réceptif aux différents stimuli qui pourraient surgir, comme un enfant qui traverse la rue, de l’équipement de construction qui traîne, du trafic, etc.

Le troisième et dernier système d’importance dans l’attention, c’est la priorisation. Avec autant de stimuli qui entrent quotidiennement, il est crucial d’avoir un certain processus de priorisation qui se met en place de manière automatique, la plupart du temps. Le système de priorisation permet d’avoir une vision globale des buts à atteindre et à manipuler l’information reçue afin d’accomplir les objectifs de manière plus efficace. Lorsque le système de priorisation est efficace, les tâches ou stimuli moins importants sont écartés afin de garder le cap sur l’objectif.

Bref, en quelque sorte, l’attention est le « leader » du cerveau, comme le nomme la Dre Jha dans son TED Talk « How to tame your wandering mind ». Grâce à ses différents systèmes, l’attention nous permet de mieux diriger nos efforts et notre travail. Le hic, c’est que l’attention est très fragile, et certains aspects de notre vie professionnelle actuelle lui nuisent énormément, comme la distraction et le multitâche.

Le défi du multitâche

Dans plusieurs emplois actuels, les employés sont amenés de plus en plus à faire du multitâche. Nous répondons à des courriels d’une main, tandis que nous assistons au 3e meeting de la journée et que nous réglons une urgence sur un (des multiples) projet sur lequel nous travaillons. Ça ressemble un peu à votre quotidien? Si oui, c’est que vous faites du multitâche, et selon la Dre Jha, cette réalité nuit énormément à notre productivité.

 Revenons à notre métaphore de la lampe de poche. Le multitâche, c’est d’avoir quatre (ou plus) lampes de poche qui éclairent quatre endroits différents en même temps. L’attention est répartie entre ces quatre lampes de poche, faisant ainsi en sorte que nous ne sommes jamais réellement concentrés sur UNE seule tâche. Le concept de multitâche est donc contreproductif en quelque sorte, puisqu’il nous fait passer d’une tâche à l’autre sans nous permettre de diriger toute notre attention sur un seul objectif.

La distraction

Avec les réseaux sociaux et notre tendance à s’évader dans notre esprit (surtout lorsque nous accomplissons une tâche qui nous ennuie!), les distractions sont multiples. Cela ne vous surprendra sûrement pas, mais les distractions sont l’ennemi juré de l’attention et de la productivité.

Le stress

Sans surprise, le stress est un autre facteur qui influence négativement l’attention. Dans une expérience réalisée par la Dre Jha, des images stressantes ont été présentées à des participants et les chercheurs ont remarqué une diminution significative de leur attention.

 Alors, comment faire pour lutter contre ces envahisseurs quotidiens de notre vie professionnelle? La Dre Jha et le professeur Cal Newport recommandent des techniques similaires : la pleine conscience et le travail profond. Nous vous les expliquons en détail.

Le travail profond

Tout d’abord, le travail profond, ou deep work en anglais est la notion de travailler avec un focus intense et sans distraction. Le professeur Cal Newport a écrit un livre sur le sujet et il a partagé quelques règles à suivre afin de tirer un maximum de profit du travail profond. Pour résumer rapidement, Cal Newport est d’avis qu’une productivité maximum sera créée lorsque la personne travaille avec une concentration complète, sans distraction pour une période plus ou moins étendue de temps. Dans son livre Deep Work : Rules For Focused Success In a Distracted World, Cal Newport explique quatre règles qui sont importantes à suivre si on veut faire l’expérience du travail profond. Les voici:

Règle 1: Inclure le travail profond à l’horaire

Vouloir faire du travail profond ne suffit pas. Cette activité est exigeante et elle demande une grande implication mentale. Cal Newport recommande de mettre des blocs de travail profond à votre horaire afin de les respecter et d’éviter de les remettre à plus tard.

 Règle 2 : Accueillir l’ennui

Lorsqu’on s’ennuie ou qu’on accomplit une tâche redondante, notre cerveau a envie de se distraire… Évidemment, cela nuit à la concentration! La deuxième règle est donc d’accueillir l’ennui, de devenir plus familier avec ce sentiment afin de mieux le tolérer à l’avenir.

 Règle 3 : Quitter les réseaux sociaux

Ce n’est un secret pour personne, les réseaux sociaux consomment énormément de temps pour une grande majorité de gens. Un conseil donné par Cal Newport est de quitter les réseaux sociaux, ou au minimum, de bloquer toute notification le temps de faire votre période de travail profond.

 Règle 4 : Éviter le travail superficiel

Par travail superficiel, Cal Newport entend majoritairement la gestion de la boîte courriel, les nombreuses rencontres, bref tout ce qui est plus administratif. Évidemment, on ne peut pas supprimer ces tâches de notre horaire du jour au lendemain, mais en les condensant dans une certaine période de temps, cela nous permet de les sortir de notre esprit et nous concentrer sur la période de travail profond à venir.

La pleine conscience

Une autre technique qui est recommandée par Cal Newport et par la Dre Amishi Jha, c’est la pleine conscience. La pleine conscience, ou la capacité d’être dans le moment présent, ainsi que la méditation semblent montrer d’excellents résultats sur la productivité lorsqu’elles sont pratiquées de manière quotidienne.

 En résumé, l’attention est en quelque sorte le « patron » de notre cerveau. De nombreux facteurs viennent l’affecter, mais il existe quelques techniques qui permettent de favoriser un état de concentration où il est alors possible d’atteindre un bon niveau de productivité.

Si vous avez envie de réfléchir à vos méthodes de travail ou d’étude ou si vous souhaitez explorer de nouvelles façons de faire ce qui vous attend sur votre to-do list, n’hésitez pas à nous contacter! Nos conseillères se feront un plaisir de vous accompagner dans cette réflexion.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin