fbpx

accepter la critique

L’importance d’accepter la critique

Pour la plupart d’entre nous, accepter la critique, même constructive, n’est pas facile. Et c’est tout à fait normal! Lorsque nous sentons que notre égo est atteint, il est compréhensible de vouloir le protéger et de préserver notre image de nous-mêmes. Pourtant, en étant ouverts à la critique, même lorsqu’elle est difficile, nous laissons une plus grande place à la croissance personnelle et professionnelle.

Accepter, voire aimer la critique, est le sujet d’un des épisodes du podcast réalisé par Adam Grant, un psychologue organisationnel et auteur de renom. Dans cet épisode, il rencontre plusieurs intervenants, dont Kim Scott, une coach exécutive à la Silicon Valley.

L’utilité de la critique

La plus grande leçon qu’on peut tirer de cet épisode de podcast, c’est que derrière la critique, il y a un apprentissage possible. Sans cette critique, il peut être difficile de s’améliorer, puisque nous ne pouvons pas voir nos angles morts aussi adéquatement que lorsqu’ils sont pointés par quelqu’un. Dans une idée similaire, lorsque nous nous retenons de critiquer constructivement, une accumulation de frustrations peut se faire et lorsque tout ça sort d’un coup, il y a de fortes chances que ça ne se passe pas comme nous l’aurions souhaité.

 Dans un milieu de travail, la critique peut avoir plusieurs points positifs. Encore faut-il qu’elle soit bien formulée, sans intention de blesser. Lorsque c’est le cas, la personne qui reçoit une critique a la possibilité de se regarder à travers les yeux d’un pair et d’être plus objective face à ses propres comportements ou ses gestes. De plus, en étant davantage honnête les un.e.s avec les autres, en optant pour une pratique plus transparente, on peut éventuellement réduire l’impact des jeux politiques professionnels.

Comment mieux recevoir la critique

Au départ, il peut être normal de ne pas apprécier la critique, surtout si vous n’êtes pas habitué.e à l’entendre. Ce qui peut aider, c’est de demander à recevoir de la critique de la part de vos collègues, car ainsi, vous serez mieux disposé.e à l’entendre plutôt qu’une critique reçue sans avertissement.  

 Les premières fois que vous vous ferez critiquer, il est fort probable que votre cerveau enclenche un mode de protection de votre ego. C’est une réaction initiale fréquente et normale. Il faut essayer de passer par-dessus cette première réaction pour atteindre un niveau supérieur, soit celui de l’amélioration. Une fois qu’on arrive à percevoir la critique comme quelque chose pouvant nous aider à nous améliorer, la recevoir devient un peu plus facile.

Au départ, il peut être normal de ne pas apprécier la critique, surtout si vous n’êtes pas habitué.e à l’entendre. Ce qui peut aider, c’est de demander à recevoir de la critique de la part de vos collègues, car ainsi, vous serez mieux disposé.e à l’entendre plutôt qu’une critique reçue sans avertissement.  

Les premières fois que vous vous ferez critiquer, il est fort probable que votre cerveau enclenche un mode de protection de votre ego. C’est une réaction initiale fréquente et normale. Il faut essayer de passer par-dessus cette première réaction pour atteindre un niveau supérieur, soit celui de l’amélioration. Une fois qu’on arrive à percevoir la critique comme quelque chose pouvant nous aider à nous améliorer, la recevoir devient un peu plus facile.

Comment donner de la critique

Si vous vous retrouvez de l’autre côté de la médaille, soit celui du « donneur de critique », sachez qu’il y a quelques bonnes pratiques à respecter. Car donner des commentaires à nos collègues ne devrait pas rimer avec blesser intentionnellement ou malencontreusement quelqu’un.

 Choisir de donner davantage de critiques aux gens autour de nous ne nous permet pas de TOUT dire ce qui nous passe par la tête. Il faut adopter une approche humaine et ne pas tourner autour du pot en entourant la critique de bons points. En faisant ça, la personne qui reçoit la critique risque de considérer les bons points comme étant seulement une manière de mieux passer le message, ce qui est d’ailleurs un peu le cas!

Un conseil donné par Kim Scott, une coach exécutive à la Silicon Valley, est de rester humble dans nos critiques et d’avoir réellement l’intention d’aider la personne à qui on souhaite donner un commentaire. En ayant à cœur le développement de notre collègue ou de notre proche, notre manière de critiquer sera ainsi plus douce et probablement mieux reçue par le destinataire du commentaire.

Bref, la critique en milieu professionnel est importante et permet de soutenir la croissance personnelle des gens. Lorsqu’elle est bien formulée, dans l’intention d’aider, et lorsqu’on a appris à bien la recevoir, avec une attitude d’ouverture, la critique est un puissant outil dont il ne faut pas se passer!

 Si vous souhaitez être accompagné dans votre réflexion quant à ces échanges précieux, mais délicats, n’hésitez pas à nous contacter

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin