fbpx

compétences du futur

Découvrez ce qui sera demandé aux travailleurs de demain

Depuis une vingtaine d’années, le monde du travail subit de grands changements motivés par différents phénomènes. Ces changements font en sorte que certaines compétences deviennent de plus en plus utiles afin de bien évoluer dans le milieu professionnel. Commençons par comprendre quels bouleversements sont en cours dans le monde du travail afin de mieux saisir pourquoi certaines habiletés se démarquent dorénavant des autres.

Selon un référentiel fourni par l’Institut du futur (Institute for the Future, IFTF), le monde professionnel a subi ou est en train de vivre six grands changements qui bouleversent la nature et le contenu mêmes du travail. Ce sont ces changements qui expliquent la pertinence de développer de nouvelles compétences dites les compétences du futur.

La longévité

Tout d’abord, les humains vivent de plus en plus longtemps. Cette longévité fait en sorte que les carrières ne se définissent plus comme par le passé, soit le fait d’exercer le même métier du début de notre carrière jusqu’au moment de la retraite. Les professionnels sont amenés à redéfinir leurs objectifs à plusieurs reprises durant leur vie active, car les carrières durent plus longtemps. Cela amène à des changements de domaine et à des retours aux études plus fréquents.

Le rapport aux médias et à l’information

Un autre changement à noter est le fait que la technologie a rendu possible l’avènement de nouvelles formes de communication et donc, de nouveaux métiers nécessitant des compétences particulières. Le milieu médiatique comprend maintenant plusieurs nouvelles branches, comme la production vidéo, l’animation numérique, la réalité augmentée, les jeux vidéo, etc. Notre façon de consommer les nouvelles et le contenu médiatique a aussi évoluée, notamment avec l’apparition des réseaux sociaux dans notre quotidien. Le concept « d’identité numérique » a vu le jour et celui-ci prend une grande place dans le milieu du travail (établir une identité numérique, la conserver, faire attention à sa crédibilité, etc.).

L’automatisation des lieux de travail

Un troisième changement réside dans le recours de plus en plus grand aux machines afin de remplacer le travail humain. Cette évolution technologique se voit dans quasi tous les milieux professionnels, menant ainsi à une automatisation des lieux de travail et à la nécessité de redéfinir certains métiers.

L’interconnectivité planétaire

Un quatrième changement s’explique par l’interconnectivité planétaire de plus en plus grande. Cette connexion que nous entretenons les uns avec les autres, aux quatre coins du globe, amène les entreprises à être plus adaptables face à la diversité et à placer celle-ci au cœur de leurs discussions et de leurs préoccupations.

L’accès à l’information

Le cinquième changement réside dans l’accès aux données grâce à la technologie. Les données sur divers phénomènes n’ont jamais été aussi accessibles qu’avant. Dans le monde professionnel de demain, il sera important de comprendre comment manipuler et analyser ces informations.

La mondialisation

Enfin, le sixième changement du monde du travail concerne la mondialisation et la diminution des frontières entre pays grâce aux nouvelles technologies et aux médias sociaux. Les organisations doivent s’adapter et se réorganiser en fonction de cette interconnectivité.

Considérant tous ces changements, qu’est-ce que les spécialistes chez l’IFTF estiment comme des compétences importantes à acquérir dans un futur plus ou moins proche?

L’intelligence sociale

Il y a tout d’abord l’intelligence sociale. On peut définir l’intelligence sociale comme « la capacité à se connecter aux autres d’une manière profonde et directe, de percevoir des réactions et d’encourager les interactions désirées. » (Observatoire compétences-emplois, UQAM) Cette compétence humaine sera de plus en plus pertinente sur les milieux de travail, considérant l’automatisation de ceux-ci. En effet, l’humain surpasse encore largement la machine en ce qui a trait aux émotions et aux interactions sociales. Les travailleurs dotés d’une plus grande intelligence sociale sauront alors potentiellement mieux se démarquer de leurs homologues qui en possèdent moins. De plus, comme les milieux de travail seront de plus en plus diversifiés, les individus avec une plus grande intelligence sociale pourraient mieux s’adapter aux différentes cultures présentes au sein de l’entreprise pour laquelle ils travaillent.

La résilience

Une autre compétence importante à développer est la résilience. On peut définir la résilience comme « la capacité à complètement surmonter les contretemps, défis et obstacles. » (Observatoire compétences-emplois, UQAM) Comme les milieux de travail contemporains ont tendance à être de plus en plus rapides et complexes, les défis professionnels peuvent être plus fréquents. C’est pourquoi les individus avec une bonne résilience risquent de mieux s’en tirer sur le marché du travail de demain.

La transdisciplinarité

Comme les travailleurs d’aujourd’hui et de demain évoluent dans un monde professionnel qui rend possible les multiples changements de carrière, ils auront avantage à développer leurs compétences et leur intérêt envers plus d’une discipline. D’ailleurs, en étant capable de faire interagir plus d’une discipline dans leur emploi, ces individus bénéficieront d’un avantage compétitif par rapport à d’autres candidats. La transdisciplinarité s’explique donc par le fait d’acquérir des compétences dans diverses disciplines et de les utiliser conjointement dans les situations professionnelles. Cette transdisciplinarité devra être cultivée durant toute une carrière afin de représenter un avantage compétitif.

Maîtriser les médias

Cette compétence pourrait aussi s’inscrire dans la transdisciplinarité par le fait que peu importe le domaine de travail, il sera de plus en plus fondamental d’avoir la capacité de produire, comprendre et diffuser du contenu via les bonnes plateformes médiatiques (réseaux sociaux, Wikipiédia, médias traditionnels, etc.). Dans un monde où l’accès à l’information est facile et rapide, les travailleurs qui seront capables de produire rapidement du contenu et de le partager sur les bonnes plateformes sauront tirer davantage leur épingle du jeu que ceux qui sont moins familiers avec ce genre de pratique.

La collaboration à distance

La pandémie aura servi entre autres à confirmer et à implanter davantage une tendance qui se voit de plus en plus, soit la collaboration à distance et le travail virtuel. Comme les frontières perdent tranquillement de leur importance dans le milieu du travail (bureaux qui ouvrent dans plusieurs pays, collaborateurs à l’étranger, etc.), les travailleurs auront à s’adapter et développer les aptitudes afin de bien évoluer au sein d’équipes virtuelles. Pour ce faire, une bonne intelligence sociale sera utile.

Vous avez probablement constaté à la lecture de cet article que les compétences du futur seront majoritairement des aptitudes humaines et non des habiletés techniques. Ce type de compétence ne s’apprend pas nécessairement à l’école, mais plutôt dans nos interactions sociales quotidiennes et dans notre ouverture sur les autres.

 Plusieurs pistes peuvent alors être explorées pour développer ces compétences : s’impliquer dans des activités parascolaires d’intérêt, dans une équipe sportive, sur le conseil d’administration d’un organisme dont la cause vous parle. Bref plus nous vivons des expériences extracurriculaires, plus nous avons de chances de tester et de développer ces forces qui seront de plus en plus importantes à notre évolution professionnelle.

Si vous avez du mal à cibler les actions qui pourraient être prises dans ce plan de match professionnel à grande échelle, n’hésitez pas à faire appel à l’équipe de Salto Conseil. C’est avec grand plaisir que nous vous accompagnerons dans cette réflexion!

Sources:

Observatoire compétences-emplois, UQAM

Institute for the Future, IFTF

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin